Accord CSE Groupe Danone

Pourquoi la CGT Groupe Danone ne signe pas !

Car une partie des missions actuelles des délégués du personnel (DP) qui disparaissent est transférée vers les managers et les représentants des ressources humaines (RH) ,

or les DP ont un rôle de défense des salariés contre les atteintes aux droits (salaire, primes, temps de travail, congés, …). Il faudrait que les managers et RH aient du temps et des surtout des compétences spécifiques pour prendre en charge cette nouvelle « mission ».

Vous qui encadrez, saurez vous répondre aux collègues qui ont des problèmes sur leur fiche de paie, sur le traitement d’un accident du travail, les indemnités pendant les arrêts de travail, … ?

Cela implique aussi que si votre manager ou RH ne règle pas votre problème, vous risquez d’attendre à minima la prochaine réunion du CSSCT qui aura lieu tous les 3 mois …;

Car des commissions CSSCT seront créées sans aucun pouvoir ni moyens et avec une réduction du nombre de représentant du personnel.

Il y a malheureusement urgence à améliorer les conditions de travail qui se dégradent avec le développement du Lean, le déploiement de PROTEIN, les sous-effectifs récurrents, les cadences qui augmentent, la pression continuelle à tout niveau dans l’entreprise;

Car des établissements, notamment la logistique, subissent une baisse importante du nombre d’élu et de moyen;

Car le rôle du secrétaire du CSE est renforcé au détriment du groupe d’élu

il pourra par exemple, conjointement avec l’employeur, décider de ne pas traiter certains points portés à l’ordre du jour par des élus;

Car les élus suppléants ne participeront aux réunions du CSE qu’en l’absence des élus titulaires

comment pourront-ils intervenir de manière pertinente sur les points de l’ordre du jour si ils sont conviés au dernier moment en remplacement des titulaires absents ? De plus, les règles de suppléances semblent impossibles à mettre en œuvre;

Car le rythme des informations / consultations sur les politiques de l’entreprise est réduit :

-Une fois tous les 2 ans pour la politique sociale (au lieu de une fois par an dans le code du travail)

-Une fois tous les 3 ans pour la situation économique et financière et pour les orientations stratégiques (au lieu de une fois par an dans le code du travail)

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *